Les métiers inextinguibles de la métallurgie

Rédacteur : Michel FLAHAUT – 28 août 2018

Confrontée à des pertes d’emploi depuis 20 ans, la métallurgie française cherche un nouveau modèle de développement en misant sur l’innovation et des services inédits.

La-metallurgie_article_620_312

Sidérurgie, fonderie, transformation des métaux, construction mécanique, navale, aéronautique, spatiale, ferroviaire et automobile, bâtiment, composants et équipements électriques et électroniques, appareils électroménagers… :  la métallurgie est indispensable à de très nombreux secteurs d’activité et concentre plus de la moitié de l’emploi industriel français.

 Soumises à une forte concurrence internationale des pays émergents (Chine, Inde, Russie), à l’augmentation du prix des matières premières et une demande intérieure peu dynamique, les entreprises s’adaptent, au prix de restructurations, de réorientations de leur offre et de changements organisationnels conséquents.

 Secteur industriel de la production des métaux et de leurs alliages, la métallurgie française regroupe, selon l’Observatoire de la Métallurgie, environ 43.000 entreprises et 1,5 million de salariés.

 Plus de 8 entreprises sur 10 sont des PME.

Une étude réalisée par la région Ile de France démontre que la métallurgie représente la moitié des emplois industriels et recouvre 35% des entreprises industrielles et 47% des emplois industriels.

La métallurgie compte 24% de femmes dans ses effectifs.

La filière fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques représente 12% des activités métallurgiques au niveau national et 10% des salariés de la profession occupent cette branche. C’est principalement dans les métiers de précision et technologiques que le nombre de femmes employées est en croissance constante.

Les activités concernées

La métallurgie regroupe 7 grandes familles d’activités :

(NDR) Des fiches et des vidéos sur différents métiers de la métallurgie sont à retrouver sur lesmetiers.fr.

  • les produits informatiques, électroniques et optiques ;
  • les équipements électriques ;
  • les machines et équipements ;
  • l’automobile ;
  • les autres matériels de transport ;
  • la métallurgie et les produits métalliques ;
  • les autres industries manufacturières.

Les opportunités actuelles et à venir

Malgré le contexte global peu favorable, les entreprises françaises du secteur de la métallurgie continuent à recruter de façon conséquente, notamment pour compenser les départs en retraite (environ 30.000 départs par an entre 2012 et 2020).

Pour pérenniser leurs activités, elles devront par ailleurs miser sur l’innovation et sur les produits à haute valeur ajoutée (produits informatiques, électronique, etc.). Le secteur intègre désormais de plus en plus de candidats qualifiés, et la part d’ingénieurs et de cadres techniques progresse.

Dans le même temps, certaines entreprises prévoient de prendre leurs distances par rapport à la production, au profit du conseil et de la formation. Elles proposent des solutions globales en capitalisant sur leur expérience.

Pour l’entreprise SETREM, le partage d’expériences et les qualités humaines sont bien les premières richesses engagées au service des donneurs d’ordres. « Nous avons fait le choix de ne jamais renier notre métier premier avec des conceptions complexes en chaudronnerie et en tuyauterie mais aussi de développer la gamme et de profiter des évolutions technologiques. Ainsi, SETREM se compose d’hommes et de femmes aux formations diverses mais complémentaires » poursuit le président, Maxime Sailly.

Forgeron, un millénaire de perfections

Classé dans : Actualités, Industrie, Région | 0
Rédacteur Michel FLAHAUT – 14 août 2018

forge-video-anvil-hammer-640x427

Le forgeage est l’ensemble des techniques permettant d’obtenir une pièce mécanique en appliquant une force importante sur une barre de métal, à froid ou à chaud, afin de la contraindre à épouser la forme voulue.

Ce métier implique un dispositif de frappe (marteau, masse, martinet ou marteau-pilon) et un support (enclume ou matrice).

La forge ne permet pas d’obtenir les mêmes marges de tolérance que l’usinage, elle est réservée aux pièces requérant une forte résistance mais une faible précision (boulonnerie, outillage).

En revanche, les pièces obtenues sont plus résistantes aux contraintes mécaniques car la déformation des métaux engendre un grand nombre de phénomènes métallurgiques, tant au niveau microscopique que macroscopique. Parmi ces phénomènes on trouve notamment le corroyage, qui lui-même est à l’origine du fibrage du métal.

 

Les principales opérations de forgeage

Le dégorgeage :

Cela consiste à étirer le métal en cherchant à conserver une largeur importante ;  Pour cela on emploie un dégorgeoir.

L’étirage :

Cela vise à allonger une barre métallique par réduction de sa section. Réalisé sur la bigorne ronde puis fini sur la table de l’enclume.

Le poinçonnage :

Cela consiste à percer le métal à chaud pour y creuser un trou conforme au poinçon utilisé : carré, rond…

Le refoulement :

Cette opération contraire à l’étirage vise à augmenter la section d’origine de la barre pour compenser un manque de matière. Cette opération se fait donc au détriment de la longueur de la barre, en exerçant des chocs à l’extrémité d’une barre portée à température élevée.

Le cintrage :

Cela consiste à aboutir à la formation de différents types de rouleaux (à œil, à noyau, etc…) ;

Le roulage :

Cela s’effectue à l’aide d’un gabarit (faux rouleau), qui peut être le fruit du travail sur un « tas », voire même avec une griffe et un griffon.

L’étampage :

Cela consiste à imprimer un dessin sur une plaque métallique. Cette opération nécessite la réalisation d’une étampe qui permettra de reproduire en plusieurs exemplaires le dessin d’origine.

 

Le forgeron ne se limite pas au marteau et à l’enclume …

Si la forge est constituée d’un foyer, d’un étau et d’une enclume en principaux outils, n’oublions jamais que l’art du travail des métaux, transmis depuis des siècles de forges en forgerons, est complexe, nécessitant un savoir-faire indéniable.

 

Voici une liste non exhaustive des outils de base de l’artisan forgeron :

  • Les marteaux :
    • marteau de forgeron de plusieurs tailles.
    • marteau rivoir
    • marteau à planer
    • marteau de maréchal
    • marteau à repousser
    • marteau à étirer
    • marteau en bois
  • Les pinces de forgerons :
    • pince à mandriner
    • pince Habermann à mandriner
    • pince Hofi-tongs
  • Les griffres de débillardage :
    • existe en différentes tailles
  • Les étampes :
    • étampe dégorgeoir
    • étampe à trancher
  • Les burins :
    • burins plats (différentes tailles)
    • burins ronds (différentes tailles)
  • Les brosses métalliques.
  • Les pinces usuelles.

 

Vous voilà prêt pour exercer le métier de forgeron ou pour partir à la recherche de ce minerais dans les 40 pays qui en produisent. Préférez la Chine, l’Australie, le Brésil ou la Russie qui sont les plus fournis en minerais.

Nous quittons quelques instants la forge familiale pour un chiffre : Plus de 3 500 000 000 000 kilos de fer sont produits par an.

« La ressource n’est pas inépuisable, précise Maxime Sailly, président de la S.A.S SETREM. L’acier se recycle et les circuits de récupération sont en place, d’autant plus que la consommation d’énergie en refonte est bien moindre qu’en extraction du minerai brut et que la qualité finale reste inchangée »

Chez SETREM, ce sont les inoxydables qui sont au cœur du métier, des métaux dits ‘propres’ car d’une longévité de vie bien supérieure aux aciers.

La SETREM, au cœur d’une Communauté Urbaine dynamique

Classé dans : Actualités, Région | 0
Création 26 juin 2018 – Rédacteur michel flahaut

 

Idéalement située à moins de deux heures de Londres et de Bruxelles, à 50 minutes de Paris, au centre de la Région des Hauts-de-France, la Communauté Urbaine d’Arras est reconnue comme une entité dynamique et moteur dans le développement des entreprises de ce vaste territoire, ouvert aux autres.

Carte_CUA_diapo2_michelflahaut

 

« Basée à Saint-Laurent Blangy, notre entreprise profite de l’attractivité de la cité, référente sport et verdures et de son cadre idyllique. Plus encore, SETREM bénéficie au quotidien des infrastructures proposées par la CUA et par la ville voisine d’Arras. »

 

La CUA accompagne à tout instant les salariés, les entreprises et les visiteurs :

 

  • Le transport des salariés est facilité par la mise à disposition de vélos électriques à tarif très privilégiés, par un service de bus inter urbain et par les dessertes de la gare TER TGV d’Arras.
  • Le transport de données numériques lui aussi facilité par la mise en œuvre d’un réseau fibre sur l’ensemble de la CUA. Un développement collectif qui apporte à SETREM des opportunités de partages de dossiers et d’informations, toujours plus performants.
  • Le tourisme d’affaire pensé pour répondre aux exigences des entreprises de toutes natures et de toutes tailles.

 

cua_velo_electrique_michelflahaut

Arras, ville d’Histoire et de Culture

 

Arras est une ville d’histoire qui sait émerveiller par ses vieilles pierres et ses lieux de culture. Une ville gourmande, aux multiples saveurs réparties chez nos professionnels, de la brasserie au restaurant gastronomique.

De plus, elle garantit l’accueil par des hôtelleries très qualitatives. Elle est enfin depuis tous temps une ville touristique, une citée de commerce et d’échange. Elle porte dans sa culture le plaisir de recevoir et d’échanger.

 

ZI-Est-1024x683_michelflahaut

La CUA investi avec les entreprises

Preuve d’un territoire attractif, la CUA a investi 400 millions d’euros en 2017 pour accompagner l’implantation de 15 entreprises et l’extension de 15 autres, la plupart des projets étant situés à deux pas de la SETREM, sur la zone Actiparc de Saint-Laurent-Blangy.

Avec 100 millions de consommateurs à moins de 300 km, la Communauté Urbaine d’Arras est au croisement des principaux axes économiques Européens, au croisement des autoroutes A1 et A26, des aéroports Beauvais-Paris-Lille-Bruxelles.

Avec une prévision de 1500 emplois supplémentaires en 2018 et des relances d’activité très prometteuses, la CUA et les entreprises ont su associer leurs compétences et leurs intérêts, au service des habitants de notre territoire.

 

 

 

 

 

 

SETREM, Claude Sailly, les piliers fondamentaux d’une réussite reconnue

Classé dans : Actualités, Région, Setrem | 0

michelflahaut.com setrem l'étau 2017

Partage de compétences, transmission de valeurs et polyvalence. Des piliers auxquels sont attachés les salariés de la SETREM, solidaires dans la réussite des projets.

Ses fils Maxime et Jean-Charles ont repris le flambeau. Le premier, en qualité de Président de la S.A.S, pilote principalement les ressources humaines, la qualité et la sécurité. Il valide également devis et achats. Le second, aux fonctions de Directeur Général a pris en charge les travaux sur chantiers.

Avec eux David, compagnon des premières heures est responsable de la production. Son frère Grégory pilote l’agence LASER DESIGN de Noeux-les-Mines ou se situe l’activité de tôlerie et de découpe laser. Il est de plus responsable commercial de l’entreprise.

Claude Sailly, l’ex-créateur insiste : » si chaque fonction a un titre, les personnes qui composent la maison travaillent depuis toujours en étroite collaboration et sans concurrence interne ».

Compétences, transmission et polyvalence sont ici les trois piliers qui ont fait le renom de la SETREM.

Les compétences :

Ainsi, en atelier, un chaudronnier prend en charge une commande de la réception des matières au contrôle qualité avant livraison. Il a les compétences pour calculer les contraintes de pliage, définir les zones d’usinage, mettre en œuvre une soudure, parfaire un assemblage, redresser la tôle chauffée …

La polyvalence :

Au sein des bureaux, chacun a sa partie entre les métrés, la réglementation, les contrôles, les achats ou les devis. Pourtant, la complémentarité des compétences est là aussi un atout partagé au profit du client.

« La concurrence est dehors, entre les quelques entreprises qui, comme nous, savent apporter savoir-faire et qualité, termine Claude Sailly, ici il a toujours été question d’entraide et de collectif. »

La transmission des valeurs :

La formation est d’ailleurs une des constantes de la SETREM. Qu’il s’agisse de se conformer aux normes de qualité ou de sécurité ou d’apprendre à utiliser un nouvel outil, elle est un des piliers qualitatifs de cette chaudronnerie.

Setrem Sponsoring

Classé dans : Actualités, Région | 0

.facebook_1498821877276

SETREM s’implique dans la vie locale. Nous l’avons déjà prouvé avec nos réalisations destinées au Skate Park de Saint Laurent Blangy. Nous sommes présents aussi dans le domaine artistique, par le biais de Raoul Csizmadia, artiste régional avec qui notre atelier de découpe laser avait collaboré pour la réalisation du monument du Square Foulon à Avion. Dans ces deux cas, notre participation était technique et nous avons pu mettre notre savoir-faire au service de ces projets.

Aujourd’hui, nous avons le plaisir de vous présenter une autre forme de soutien : SETREM sponsorise en effet une équipe qui participe a des rallyes régionaux. Il s’agit de Fleur Vaquette, copilote et de François Xavier Galant, pilote.

Certes, Setrem les sponsorise car ce sont des amis mais aussi et surtout par attachement aux valeurs véhiculées par le sport automobile, tel qu’il est pratiqué par cette équipe. N’oublions pas non plus que le Rallye reste accessible à tous grâce à la possibilité de trouver des sponsors de proximité.

Bonne route à la Team FFX !

 

1 2 3 4