Avec SETREM, visite de la plus grande sucrerie d’Europe

S.A.S SETREM - Actu 2018 - Rédaction Michel Flahaut

 

sucre_sucreries_france
Avec SETREM, visite de la plus grande sucrerie d’Europe

La coopérative Cristal Union, a fait face à la suppression des quotas sucriers européens. Les industriels ne sont plus limités dans leur production de sucre de betterave, une réforme que Cristal Union prépare depuis plusieurs années sur le plan industriel. Xavier Astolfi, directeur général adjoint, détaille les investissements sur la sucrerie de Bazancourt (Marne), qui passera d’ici à 2020 à 28 000 tonnes de capacité par jour.

 

L’entreprise réduit chaque année de 12.5% sa consommation d’énergie et atteindra en 2020 une réduction de 25% des émissions CO2 et de 45% la consommation d’eau par rapport à 2010. Un effort qui démontre l’engagement fort des industriels Français

« Chaque année, nous investissons 100 millions d’euros en moyenne dans de nouveaux travaux ou dans la maintenance de notre outil industriel. Cela concerne notamment des renouvellements de machines et des optimisations d’équipements. Nous avons changé de combustible sur nos sites de Corbeilles-en-Gâtinais (Loiret) et de Sainte-Emilie / Villers-Faucon (Somme), pour passer du fioul lourd au gaz, un combustible qui émet moins de particules et de CO2. Nous avons également investi dans des chaudières biomasse à bois pour supprimer les combustibles fossiles, sur les sites de Cristanol à Bazancourt, de Goyard (Marne) et de Dislaud (Aube). Nous étudions la possibilité d’utiliser la pulpe de betteraves pour voir dans quelles mesures, elle pourrait s’insérer dans une démarche renouvelable complète ».

La suppression des quotas permet aux betteraviers d’absorber une quantité supplémentaire de betteraves de 20 % par an. Cela suppose une augmentation des capacités de transformation avec Bazancourt (Marne) à 28 000 tonnes de production par jour, qui est la plus grande sucrerie d’Europe. Second objectif, allonger  la durée des campagnes pour passer les 125 jours de production.

silo mflahaut

prises de vues de la nouvelle cristallisation de la sucrerie Saint Louis Sucre de Roye
prises de vues de la nouvelle cristallisation de la sucrerie Saint Louis Sucre de Roye

l’amélioration de la performance du groupe passe aussi par le développement numérique

Au quotidien, ce sont des masses importantes de données qui sont traitées en interne concernant les sites, leur productivité, leurs consommations. En exploitant ces données, le groupe optimise son avance commerciale, industrielle et agricole. « Nous cherchons à optimiser les modes de transport, camions, rail et bateaux, en fonction des attentes de nos clients, pour baisser les coûts et les émissions de CO2 » termine monsieur Astolfi.

Maxime Sailly précise : « SETREM est partenaire de l’industrie sucrière depuis sa création et à su s’adapter à l’évolution des techniques de fabrication mais aussi répondre aux urgences de production en dépêchant chaque fois que nécessaire, des équipes sur place, au service de la saisonnalité. Tout au long de l’année nous répondons aux exigences de cette industrie qui est d’importance sur notre Région et le personnel SETREM, en atelier comme sur site, est formé aux impératifs de sécurité et de qualité ce qui assure à nos clients une pérennité de production.« 

L’économobile du 21em siècle selon Monsieur PSA

Classé dans : Actualités, Industrie, Setrem | 0
S.A.S SETREM - Actu 2018 - Rédaction Michel Flahaut

 

Mise en garde de Carlos Tavares sur l’électromobilité

CARLOS TAVARES PSA

Le patron de PSA s’interrogeait sur l’écosystème global de cette technologie qui pourrait ne pas être aussi vertueux qu’on le croit. Désireux de dérouler un ambitieux programme autour de la voiture électrifiée il insistait auprès de journalistes professionnels de l’automobile sur l’aspect industriel stratégique pour l’Europe qui est enjeu face à la puissance chinoise dans ce domaine.

Carlos Tavares a rappelé que l’objectif de son groupe était bien d’électrifier 80% de sa gamme à horizon 2022 au profit des quatre marques du groupe (Peugeot, Citroën, DS et Opel), afin que celles-ci puissent accueillir une diversité de motorisations : de l’hybride rechargeable aux moteurs thermiques classiques en passant par le 100% électrique ou encore le 48 volts.

Un écosystème pas si vertueux…

Pour Carlos Tavares, les constructeurs ainsi que les autorités publiques auraient bien tort de faire de l’électromobilité l’alpha et l’oméga d’une automobile écologiquement vertueuse. Selon lui, de nombreux sujets n’ont pas été résolus sur la question de la voiture électrique si on se place du point de vue de l’écosystème et pas seulement de l’objet.

« Qui aujourd’hui est en train de se soucier de traiter de la question des mobilités propres dans leur globalité ? Quelles solutions pour la fabrication de batteries, le recyclage des batteries, l’exploitation mais également l’approvisionnement en terres rares, la nature de la production d’électricité… », s’est-il ainsi interrogé.

L’aspect environnemental n’est pas le seul à avoir soulevé les réserves de Carlos Tavares. Celui-ci s’est rangé aux côtés de son homologue de chez Mercedes qui a prévenu que l’avènement de l’électromobilité allait probablement rogner les marges des constructeurs automobiles.

La fin du règne européen sur les motorisations ?

Enfin, le patron de PSA juge que l’avènement de l’électromobilité pourrait signer la fin de la puissance automobile européenne au profit d’une puissance chinoise qui a d’ores et déjà acquis une position de force. « Nous sommes à la veille d’un point de rupture qui conduira l’industrie automobile chinoise à imposer au 21eme siècle à l’Europe ce que celle-ci lui avait imposé au 20éme siècle dans les motorisations thermiques », a-t-il ainsi prophétisé.

L’annonce, par Pékin d’en finir avec les motorisations essence, avait encore ajouté de la pression sur les constructeurs. Cette annonce qui méritera d’être précisée pas seulement sur son aspect temporel, devra surtout l’être sur son périmètre puisque les voitures électrifiées englobent les motorisations hybrides qui restent encore en partie thermiques, et donc émettrice de gaz polluants…

 

SETREM partenaire de ROLIDE, un plancher coulissant pour chaque univers

rolide setrem (3)

Vivez votre passion avec Rolide, qu’elle soit une activité professionnelle ou un loisir, il n’y a rien de plus agréable que d’être bien équipé pour optimiser sa journée. C’est pourquoi Rolide propose le plancher coulissant pour faciliter le chargement et le déchargement de matériel à l’arrière de votre véhicule utilitaire ou Pick-up. 

Vous êtes professionnel, sportif ou amateur de sensations fortes ? Le Rolide vous permettra de charger, de transporter et d’accéder à votre équipement de manière simple, rapide et sûre. Son design sobre et élégant, son revêtement étanche et sa structure en nid d’abeille ajoutera une touche de modernité et de professionnalisme à votre véhicule. Que ce soit pour les loisirs avec les équipements sport d’hivers et porte moto, pour le travail avec les aménagements au service des artisans ou encore les aménagements des véhicules de secours, Rolide est présent sur tous les fronts, capable de s’adapter à tous les concepts.

« Les partenariats techniques avec des professionnels de renom garantissent aux marques novatrices d’aller toujours plus loin, détaille Maxime Sailly, président de la SETREM. Quand nous nous engageons au côté de tels partenaires, il est évident que nous partageons la fierté de leur réussite et surtout les résultats directs au profit des usagers »

Rolide et les passionnés du deux roues

Rolide propose dans cet univers un plancher coulissant innovant avec une capacité de charge importante pouvant atteindre une tonne. Il vous permet de charger facilement une à plusieurs machines et dispose de plusieurs points d’arrimage pour sécuriser convenablement votre moto pendant le transport.

Avec une extraction totale de la zone de chargement, vous aurez également la possibilité d’entretenir et de nettoyer votre deux roues à hauteur d’homme. Ce produit indispensable est spécialement conçu pour faciliter le chargement et le déchargement de votre matériel dans votre véhicule utilitaire ou Pick-up après vos balades ou compétitions. Vous pourrez transporter votre bécane n’importe où pour profiter des plus beaux endroits « poignée dans le coin » et faire grimper l’adrénaline !

Quand Rolide se met au travail

« C’est une start-up qui vous transporte et qui fait de votre véhicule utilitaire un outil qui prend soin de votre dos ! » C’est ainsi que Maxime enfonce le clou et là encore les planchers coulissants et autres accessoires de la marque offrent le loisir d’une hauteur de décharge confortable autant que d’accessoires adaptables qui rendent les véhicules uniques et réellement agréables.

Il y a quelques jours avait lieu le 125ème anniversaire des Sapeurs-Pompiers de France, SETREM était présente et pas peu fier d’être acteur du concept qui équipe les véhicules de secours.

« Quand on sait qu’en intervention, chaque seconde à son importance, participer à la mise en œuvre des équipements n’est pas un travail pris à la légère par nos équipes », termine le Président.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La SETREM, vous invite à une visite au cœur de l’atome.

Classé dans : Actualités, Industrie, Setrem | 0
S.A.S SETREM – Rédaction Michel FLAHAUT – 4 novembre 2018

 

Martensitiques, ferritiques ou austénitiques, quand les atomes de fer pur s’assemblent, c’est toujours selon un empilage ordonné.

Les caractéristiques mécaniques du fer dépendent directement de cet empilage, explication :

 

Ferrite

Lorsque la température du fer se situe entre 910 et 1390°C, sa structure se transforme pour prendre la forme d’un cube ayant un atome à chaque coin en plus d’un atome au centre du cube (8+1 atomes).

Cet empilage s’appelle ferrite ou cubique centré.

 

 Austénite

L’assemblage des atomes ‘à froid’ donne une composition cubique dite ferrite, dans le cas d’un assemblage ‘à chaud’, les atomes prennent alors une autre disposition. Chaque carré formant le cube est formé de 5 atomes, un à chaque extrémité et un en son centre. (8+6 atomes).

Cet empilage s’appelle austénite ou cubique à faces centrées.

« En résumé, explique Maxime Sailly, président de la SETREM, à froid, les atomes s’assemblent en ferrite et à chaud en austénite. Quand le fer contient du carbone il devient acier et à chaud il est austénitique. Par contre, un refroidissement rapide de la matière aura pour conséquence de le rendre martensitique. »

IronAlfa&IronGamma.svg

Martensite

La martensite est ainsi une solution solide d’insertion sursaturée en carbone dans le fer. La conséquence d’un refroidissement lent est le déplacement de carbone alors qu’il se fige dans la structure en cas de refroidissement rapide.

La martensite est une phase métastable des aciers, les aciers martensitiques sont :

  • Aciers au carbone
  • Aciers faiblement alliés
  • Aciers alliés
  • Aciers inoxydables // Carbone et chrome :13%, 14% ,15%, 16% , 17% ,…de chrome

Les métiers inextinguibles de la métallurgie

Rédacteur : Michel FLAHAUT – 28 août 2018

Confrontée à des pertes d’emploi depuis 20 ans, la métallurgie française cherche un nouveau modèle de développement en misant sur l’innovation et des services inédits.

La-metallurgie_article_620_312

Sidérurgie, fonderie, transformation des métaux, construction mécanique, navale, aéronautique, spatiale, ferroviaire et automobile, bâtiment, composants et équipements électriques et électroniques, appareils électroménagers… :  la métallurgie est indispensable à de très nombreux secteurs d’activité et concentre plus de la moitié de l’emploi industriel français.

 Soumises à une forte concurrence internationale des pays émergents (Chine, Inde, Russie), à l’augmentation du prix des matières premières et une demande intérieure peu dynamique, les entreprises s’adaptent, au prix de restructurations, de réorientations de leur offre et de changements organisationnels conséquents.

 Secteur industriel de la production des métaux et de leurs alliages, la métallurgie française regroupe, selon l’Observatoire de la Métallurgie, environ 43.000 entreprises et 1,5 million de salariés.

 Plus de 8 entreprises sur 10 sont des PME.

Une étude réalisée par la région Ile de France démontre que la métallurgie représente la moitié des emplois industriels et recouvre 35% des entreprises industrielles et 47% des emplois industriels.

La métallurgie compte 24% de femmes dans ses effectifs.

La filière fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques représente 12% des activités métallurgiques au niveau national et 10% des salariés de la profession occupent cette branche. C’est principalement dans les métiers de précision et technologiques que le nombre de femmes employées est en croissance constante.

Les activités concernées

La métallurgie regroupe 7 grandes familles d’activités :

(NDR) Des fiches et des vidéos sur différents métiers de la métallurgie sont à retrouver sur lesmetiers.fr.

  • les produits informatiques, électroniques et optiques ;
  • les équipements électriques ;
  • les machines et équipements ;
  • l’automobile ;
  • les autres matériels de transport ;
  • la métallurgie et les produits métalliques ;
  • les autres industries manufacturières.

Les opportunités actuelles et à venir

Malgré le contexte global peu favorable, les entreprises françaises du secteur de la métallurgie continuent à recruter de façon conséquente, notamment pour compenser les départs en retraite (environ 30.000 départs par an entre 2012 et 2020).

Pour pérenniser leurs activités, elles devront par ailleurs miser sur l’innovation et sur les produits à haute valeur ajoutée (produits informatiques, électronique, etc.). Le secteur intègre désormais de plus en plus de candidats qualifiés, et la part d’ingénieurs et de cadres techniques progresse.

Dans le même temps, certaines entreprises prévoient de prendre leurs distances par rapport à la production, au profit du conseil et de la formation. Elles proposent des solutions globales en capitalisant sur leur expérience.

Pour l’entreprise SETREM, le partage d’expériences et les qualités humaines sont bien les premières richesses engagées au service des donneurs d’ordres. « Nous avons fait le choix de ne jamais renier notre métier premier avec des conceptions complexes en chaudronnerie et en tuyauterie mais aussi de développer la gamme et de profiter des évolutions technologiques. Ainsi, SETREM se compose d’hommes et de femmes aux formations diverses mais complémentaires » poursuit le président, Maxime Sailly.

1 2 3 4 6